Historique

Créée par l’Ordonnance n° 77-45/ CMLN du 12 Juillet 1977, les interventions de l’AMSS dans la région de Tombouctou remontent à :

 

  • 1ère phase ou phase d’observation ou de conception de 1975 à 1991 : Pendant cette phase, les promoteurs de l’AMSS participèrent surtout à la mise des actions d’urgence en collaboration avec le personnel du «Service Quaker», une ONG américaine qui a opéré dans le cercle de Goundam de 1975 à 1991 ;

 

  • 2ème phase ou phase de création ou d’existence proprement dite en 1991.  Cette ONG Américaine, dès au départ et dans le cadre du transfert des compétences, avait programmé de céder le moment venu, la place à une Organisation locale. C’est ainsi, qu’en 1991, après 16 ans de présence au Mali, le service Quaker a estimé que les cadres maliens avec lesquels il a travaillé pendant cette période ont acquis les compétences nécessaires pour la prise en main de toutes les activités qui ont été menées. Il s’est donc désengagé pour faire place à la nouvelle ONG, l’Association Malienne pour la survie au Sahel (AMSS) dont la création a été effective à Bamako le 12 juillet 1991, date de l’adoption de ses statuts et règlement intérieur. L’AMSS se fait entre autre objectif: la mise en place des projets de développement en étroite collaboration avec les populations locales afin d’assurer la promotion et le développement des initiatives de base ainsi que la conception et l’exécution de toute action en faveur du développement. Son a approche désormais est l’auto promotion pour faire participer largement les populations auxquelles reviennent les initiatives des projets. A ce démarrage, la zone de prédilection de l’AMSS était uniquement le cercle de Goundam. L’AMSS participe désormais aux actions de soutiens aux populations victimes de la sécheresse à travers les aides d’urgence et les actions de réhabilitation.

 

  • 3ème phase ou phase du développement de partenariat à partir de 1992. A partir de cette année, 1992 déjà, l’AMSS participe à l’exécute d’un vaste programme de développement communautaire dans le cercle de Goundam en collaboration avec son partenaire financier principal (ICCO). Depuis lors, après chaque programme triennal, de nouvelles orientations sont données au programme de commun accord avec les différents partenaires (AMSS, partenaires techniques et financiers et les bénéficiaires qui sont les communautés à la base). Le programme de développement communautaire de Goundam cède sa place ă celui du Killy dans le cercle de Goundam et Diré et dont les interventions portent essentiellement sur : des activités d’exploitation de périmètres maraîchers, le fonçage des puits, la santé primaire, l’alphabétisation, les constructions de magasins céréaliers, l’artisanat, les prêts d’appui aux AGR, le renforcement organisationnel et institutionnel des organisations de la société civile, l’appui à la mise œuvre de la décentralisation et la gouvernance démocratique etc. C’est autour de ce principal programme du Killy que gravitent les autres programmes et projets qui sont présentement exécutés par l’AMSS. L’ambition de l’AMSS  reste de contribuer à l’amélioration des conditions de vie des couches marginalisées (les femmes et les jeunes) à la vie civique et à la réduction de la pauvreté par l’accroissement des revenus en harmonie avec la protection de l’environnement.

 

  • 4ème phase ou phase de diversification de partenariat et de zone d’intervention : A partir des années 2003 à ce jour, l’AMSS a opté pour une ouverture de ces interventions à l’ensemble de la région de Tombouctou qu’elle couvre entièrement de nos jours. Elle intervenait principalement dans les domaines de : l’hydraulique, l’agriculture, la promotion de la femme, la santé, l’épargne – crédit, l’Education/la formation, la protection de l’environnement, le renforcement organisationnel et institutionnel, la décentralisation et la citoyenneté. Depuis lors, les actions de l’AMSS connaissent chaque année davantage d’expansion à travers la diversification des partenaires financiers, les cibles et les zones d’intervention.

 

  • 5ème phase ou celle des épreuves et de la renaissance à partir d’avril 2012 : Cette phase a été d’abord celle d’angoisse et de doute suivie d’une étape de réadaptation et d’espoir retrouvé. Au début des évènements, le souci pour les responsables de la structure était d’assurer la sécurisation de leur vie et de celles de leurs familles. Tous les responsables s’étaient dispersés dans d’autres localités mais à travers, une bonne communication et coordination, aujourd’hui la structure se redresse progressivement en : a) créant un bureau à Bamako à défaut du siège social fixé à Tombouctou et inaccessible depuis un moment, b) en relançant les contacts avec les partenaires et leurs fournissant une preuve de la faisabilité des activités par la présentation des produits émanant des missions de suivi du terrain. De nouvelles actions (accords de financement) ont mêmes été négociées par l’AMSS pendant ce moment de suspension pour particulièrement la mise en œuvre des actions d’urgence.

 

5ème phase après conflit ou phase de l’espoir retrouvé ou plusieurs initiatives sont en cours d’exécution. Avec la révision de l’accord cadre de l’ONG, AMSS a couvert courant 2016 en plus de la région de Tombouctou, la région de Ségou, Mopti à travers son projet Relance Economique et Gouvernance  des Affaires Locales et Gao, Kidal, Mopti et Tombouctou avec le projet de Monitoring protection cohésion sociale et violence basée sur le genre sur financement du Haut-commissariat pour les réfugiés